langue

Français

La légende de l'esprit du Bettelwurf

Après le départ des « frères-ermites de la forêt », des sœurs vinrent s’établir dans le monastère de St. Magdalena. Toutefois, elles n’étaient pas toutes pieuses et bienveillantes.

Un jour, un pauvre mineur frappa à la porte du monastère et demanda l’aumône pour sa ribambelle d’enfants qu’il devait nourrir. La sœur portière, hargneuse, lui tendit un morceau de pain dur comme de la pierre. Le pauvre homme se mit dans une colère noire et cria : « Mangez donc ces ordures vous–même, espèce de pingre ! » Et d’un coup violent, il lança le pain contre la falaise. Mais qu’il soit dur ou mou, le pain est un don de Dieu que l’on devrait respecter. La sœur était donc horrifiée par cet acte. Elle cria : Tu me le paieras. Tu ne trouveras pas la paix dans ton tombeau. Ton esprit errera à tout jamais dans cette vallée sans trouver le repos. »

Et ce qui devait arriver, arriva. On ne l’a plus jamais revu. Invisible, il erre dans les falaises de la vallée de Halltal. En hiver, il déclenche des avalanches poudreuses et en été, il déclenche des coulées de boue. Les jours de föhn, on entend ses hurlements et ses grondements dans les falaises.

Mais l’avarice de la sœur fut également punie. En 1670, le monastère fut gravement endommagé par un tremblement de terre et en 1689, il fut totalement détruit par un autre tremblement de terre. Les gens appelèrent la falaise sur laquelle le mineur avait jeté le pain dur « Bettelwurf ».

Attendez s'il vour plaît