English

English

L'image miraculeuse d'Absam

Johann Puecher, le frère de Rosina, raconte ce qui s’est passé en 1797 dans sa maison natale. Âgé de 76 ans, il écrivit en présence de deux témoins :

« Le 17 janvier 1797,
dans l’après-midi, ma sœur, une jeune fille déjà mature (rem. : 18 ans) prénommée Rosina était en train de coudre dans une pièce au rez-de-chaussée, assise à la table en face de la fenêtre. Là, elle vit soudain entre 3 et 4 heures (rem. : de l’après-midi) ce que personne n’avait encore jamais vu : un portrait de la Sainte Mère de Dieu était dessiné sur une vitre de la fenêtre intérieure.

Elle appela notre mère qui était aussi présente, mais à un autre endroit de la pièce. Notre mère accourut et fut, dans un premier temps, un peu effrayée de voir l’image de la Sainte Vierge car elle pensa qu’elle était venue l’informer qu’un malheur était arrivé à mon père ou à moi dans les mines de sel où nous travaillions. Elle dit à ma sœur Rosina qu’il fallait prier, ce qu’elles firent. Une fois les prières terminées, la mère essuya l’image avec un chiffon, car la vitre était juste embuée, mais à peine l’image était-elle effacée, qu’elle reparut comme avant. L’apparition de l’image eut lieu le mardi et mon père et moi revînmes sains et saufs de la mine le jeudi. Nous découvrîmes avec joie et étonnement ce qui s’était passé entre temps. J’avais 16 ans le 17 janvier 1797 et je me rappelle précisément de tout ce qui s’est passé. »
(L’original de cette déposition est une propriété privée. Il s’agit ici d’une version abrégée tirée du journal paroissial n°2 de 1955.)

Des scientifiques de l’université d’Innsbruck, notamment le mathématicien Franz von Zollinger et le professeur de chimie Dr Schöpfer, le peintre Josef Schöpf de Telfs, deux maîtres vitriers MM. Schwänninger et Appeller ont examiné l’image en présence de représentants des autorités ecclésiastiques et civiles.
Les populations croyantes d’Absam et d’autres régions du Tyrol ne se sont pas laissé déconcerter. « La mère doit être là où est son fils ! ». Sur ces mots, la population a organisé une procession le 24 juin 1797 pour apporter l’image miraculeuse dans l’église du village au son joyeux de toutes les cloches du village.

On plaça d’abord l’image miraculeuse sur le maître-autel ; aujourd’hui, on la trouve sous le tableau de la Madone gothique – visible de tous. Depuis 1797, de nombreux pèlerins viennent à la basilique pour trouver aide et réconfort auprès de la Vierge d’Absam.

Attendez s'il vour plaît