Lieu de pouvoir. Sainte Madeleine dans la vallée de la Halle

Ce lieu très particulier dans la vallée de Halltal - au cœur du parc naturel du Karwendel - n'a pas été choisi pour rien comme l'un de nos lieux de force. Pour atteindre ce lieu de force, il faut d'abord s'aventurer dans une vallée escarpée et impressionnante. Le chemin qui mène à la vallée de Halltal montre bien des limites. Il est donc d'autant plus agréable d'atteindre son but après environ deux heures : La chapelle de Sainte-Madeleine, un ancien monastère construit sur un site magnifique, une vaste clairière.

Autrefois aussi, les gens connaissaient l'effet particulier de certains lieux. Le fait qu'une auberge de montagne accueillante se trouve juste à côté de la chapelle ne fait pas de mal non plus. Ainsi, l'esprit, l'âme et le corps sont parfaitement pris en charge.
Depuis 2012, l'ancienne route à péage est fermée aux véhicules à moteur - aujourd'hui, les randonneurs et les chamois se réjouissent d'une vallée de Halltal sans voitures. Pour ceux qui ne peuvent ou ne veulent pas renoncer à un raccourci en voiture, il existe un service de taxi.

Le lieu de force St. Magdalena en un coup d'œil

  • L'histoire du sel à découvrir sur le sentier de randonnée de la saumure
  • Auberge d'excursion St. Magdalena avec petite église
  • la plus grande zone protégée d'Autriche : le parc naturel du Karwendel
  • Service de navette vers St. Magdalena pendant les week-ends d'été
  • Vallée sauvage et aromatique avec une flore et une faune impressionnantes

L'histoire de Sainte-Madeleine

Histoire de la création de St. Magdalena dans le Halltal
En 1441, le premier monastère ainsi qu'une chapelle en l'honneur de Saint Rupert furent construits. Les "Waldbrüder", comme on appelait cette association monastique, ne restèrent cependant que jusqu'en 1447 dans le Halltal. En 1448, deux sœurs forestières, qui vivaient selon les règles de l'ordre des Augustins, s'installèrent dans le monastère du Halltal. Et c'est ainsi que le monastère connut une période de prospérité à la fin du 15e siècle, malgré la dureté du climat. Au début des années quatre-vingt du 15e siècle, on commença à construire un nouveau bâtiment. En 1494, le couvent abritait 24 sœurs et un chapelain. En 1495, le futur empereur Maximilien Ier délivra au monastère une lettre de protection spéciale.

Complexe monastique avec petite église et bâtiments d'exploitation
L'extérieur de l'église est dépourvu de structure et de tour. Le chœur et la nef sont de même largeur. A l'intérieur, la voûte porte des nervures en étoile avec des clés de voûte rondes sur des consoles murales octogonales. La peinture de la voûte dans le chœur indique l'année 1486, ce qui correspond probablement à l'année d'achèvement des travaux de construction. La raison pour laquelle le lieu est appelé Sainte-Madeleine est probablement due au fait qu'en 1490, le jour de la consécration de l'église a été déplacé par le prince-évêque de Bressanone au jour de Marie-Madeleine. La raison de ce déplacement du jour de la fête paroissiale pourrait être que Magdalena, fille d'un riche bourgeois de Hall (Georg Perl), était entrée au couvent en 1486. Georg Perl donnait chaque année 20 marks bernois pour que sa fille veuve et sa petite-fille, également Magdalena, puissent vivre au couvent. Une autre raison réside probablement dans le fait que Sainte Madeleine (avec Saint Rupert, Saint Nicolas, Sainte Barbara) est l'une des plus importantes saintes de la montagne.

Peu à peu, les sœurs quittèrent le monastère (en partie pour Saint-Martin à Gnadenwald) et l'établissement fut ainsi entièrement supprimé en 1566. Le couvent tomba rapidement en ruine, seule l'église fut conservée par la saline de Hall. L'ancien bâtiment du monastère abrite aujourd'hui une auberge d'excursion. L'ancienne cave maçonnée du monastère, qui servait de refuge contre les avalanches ou de lieu de stockage pour les denrées alimentaires, existe encore. L'église est restée en bon état jusqu'à aujourd'hui. Elle a été restaurée en 1946, 500 ans après sa première consécration. Chaque année, le patronage est célébré le dimanche le plus proche de la Sainte-Madeleine (22 juillet).

L'ancien complexe monastique de Sainte-Madeleine comprenait également un bâtiment d'exploitation situé au sud de l'église. En 2004/2005, le bâtiment (construction mixte avec toit en bâtière) a pu être sauvé de la ruine grâce à une rénovation générale. La partie en bois de l'aire de battage, restée intacte, ainsi que l'étable voûtée en berceau sont aujourd'hui utilisées pour des manifestations.

L'autel à volets de la chapelle du cimetière de Hall
Le retable à volets de style gothique tardif datant de la deuxième moitié du 15ème siècle se trouvait à l'origine dans l'église du couvent de Sainte-Madeleine dans la vallée de Hall et a été déplacé en 1923 dans la chapelle de la Madeleine de Hall. Il est probablement issu de l'atelier d'Innsbruck du peintre Ludwig Konraiter. Dans la châsse, Sainte-Marguerite (à gauche) et Sainte-Catherine (à droite) flanquent la figure centrale de la Madone. Les volets latéraux représentent un cycle marial (Annonciation, Visitation, Adoration de l'Enfant par les Mages et Mort de Marie). Dans la prédelle se trouve la Nativité, les ailes de la prédelle Sainte-Barbe et Sainte-Agnès. Dans le langage populaire, Marguerite, Catherine et Barbara sont appelées les trois "saintes filles du Tyrol". Conformément à leurs attributs, le proverbe suivant les accompagne : Barbara avec la tour, Margarethe avec le ver, Katharina avec la roue, ce sont les trois saintes filles.

L'exploitation du sel autour de Sankt Magdalena im Halltal

La fondation de St. Magdalena est étroitement liée à l'exploitation du sel.
Plusieurs légendes remontent à la découverte du gisement de sel au 13e siècle dans la vallée de Halltal. L'une d'entre elles nous raconte qu'au 13e siècle (1275), le chevalier Nikolaus von Rohrbach se promenait dans la vallée de Halltal et engagea la conversation avec ses chasseurs. Ceux-ci lui racontèrent qu'ils avaient observé des cerfs qui léchaient une pierre avec beaucoup d'enthousiasme. Comme le gibier se portait si bien - presque comme s'il recevait des pierres de sel - ce rocher devait avoir quelque chose de spécial. Nicolas de Rohrbach vérifie et constate que la pierre a effectivement un goût salé. Ce fut en quelque sorte la naissance de l'exploitation du sel à Hall. La première galerie a été creusée en 1272. Le sel a d'abord été mis à bouillir directement en haut de la montagne, ce n'est que plus tard que la saumure a été transportée dans la vallée au moyen de conduites (troncs d'arbres creusés, tuyaux en fonte à partir de 1903) et mise à bouillir dans les salles de brassage de la saline.

La randonnée qui monte vers Sankt Magdalena raconte cette impressionnante histoire du sel. Quelques pas après le début de la route goudronnée, on aperçoit sur la droite la chapelle Berger. Dans le langage populaire, le terme "berger" désignait les mineurs et les mineurs de charbon. À l'intérieur de la chapelle, on trouve trois tableaux datant de la fin du 17e siècle. C'est à partir de la Bergerkapelle que commençait le "Freyung" pour les mineurs. Cela signifie que ni le juge de Thaur, ni le juge de Hall n'avaient le droit d'arrêter un mineur à l'intérieur de cette zone libre. Même si celui-ci était accusé d'un crime grave. Le droit d'arrestation était uniquement réservé au "Salzmair" (gestion de la saline et de la mine). Bien que cet affranchissement existe depuis le 14e siècle, il n'a été consigné par écrit que par l'empereur Maximilien Ier en 1502.

Cabanes de chargement, chemin de fuite et maisons de maître
Nous découvrons au total trois ladhütten sur le chemin de la vallée de Halltal. Elles servaient aux mineurs d'arrêts pour les charrettes, de refuges et de lieux de repos.
Peu après la Bergerkapelle, le chemin de fuite bifurque sur la gauche. Il était utilisé par les mineurs pour rejoindre en toute sécurité leur lieu de travail ou retourner dans la vallée en cas de danger d'avalanche. Les avalanches et les coulées de boue constituent depuis toujours une grande menace pour cette région et bloquent encore souvent l'accès à Sankt Magdalena. Les mineurs ne pouvaient souvent espérer que l'aide divine. C'est ainsi que de nombreuses messes étaient dites et que des suppliques étaient organisées.
Les "Herrenhäuser" (maisons de maître) constituent un témoignage exceptionnel de l'ancienne exploitation minière dans le Halltal. Elles se trouvent à la fin de la vallée et étaient le centre de l'exploitation minière du sel de Hall, qui a duré 700 ans. Les maisons de maître dans leur forme actuelle ont été construites entre 1777 et 1791. Elles servaient d'anciens bâtiments administratifs de la mine de sel et offraient des logements aux mineurs. Malheureusement, une avalanche a détruit une grande partie des manoirs en 2001.

Les galeries de la vallée de Halltal
Au cours des siècles, huit galeries au total ont été construites sur plusieurs étages. La galerie Kronprinz-Ferdinand (1334 m) ou Glück-Auf-Stollen a été percée en 1808 et est la plus récente. La galerie Erzherzogsbergstollen (1422 m) remonte à l'archiduc Ferdinand Karl (mort en 1662). En dessous des maisons de maître se trouve la galerie Kaiserbergstollen (1485 m). Elle a été ouverte par l'empereur Ferdinand Ier en 1563. La König-Max-Stollen (1485 m) se trouvait au centre des sites d'extraction au-dessus des Herrenhäuser et a été ouverte en 1492 par l'empereur Maximilien (qui était encore roi à l'époque, d'où son nom !). Depuis quelque temps, on peut à nouveau jeter un coup d'œil dans cette galerie. La galerie Steinbergstollen (1533 m), située un peu au-dessus des maisons de maître, a probablement été ouverte vers 1400. À côté de la cabane de la galerie se trouvait la forge de montagne et, à l'ouest, un bâtiment d'habitation. La galerie Mitterbergstollen (1574 m) a été percée vers 1314 par le roi Heinrich de Bohème, comte du Tyrol et de Görz. Une maison d'habitation spacieuse (pour environ 90 mineurs) avait été construite près de cette galerie. Elle a cependant été fortement détruite par une avalanche en 1951. La plus ancienne est la galerie Oberbergstollen (1608 m), percée en 1270, probablement en même temps que la galerie Wasserbergstollen (1635 m). Cette dernière ne servait qu'indirectement à la production de sel, car elle était utilisée pour irriguer les salines situées dans les galeries inférieures. Comme l'endroit était très sûr, un bâtiment d'habitation et des écuries pour les charretiers ont été construits à proximité.

Possibilité de faire une halte dans la vallée de Halltal

Alpengasthaus St. Magdalena

Refuge/restaurant en montagne

Auberge

+1

Absam
Ouvert jusqu'à 06:00 PM heure
Pot-St.-Magdalena-a
Fouilles ou découvertes archéologiques près de Sainte-Madeleine

Comme décrit plus haut, le bâtiment de service situé au sud de l'église St. Magdalena a été restauré en 2004. A cette occasion, les archéologues (service d'archéologie de la ville de Hall in Tirol) ont découvert une grande fosse à feu et d'autres structures. En outre, d'énormes quantités (environ 30 000 fragments) de céramique ont été mises au jour, en relation avec des caractéristiques évidentes de l'action du feu.

Interprétation
Les découvertes suggèrent une activité artisanale dès avant la naissance du Christ. La datation remonte à la fin de la période de Hallstatt et au début de la période de Latène (env. 8e - 5e siècle avant J.-C.). Compte tenu de la situation globale, cette découverte permet de conclure que ces vestiges sont liés à une production de sel précoce, c'est-à-dire que la saumure de source a été séchée à cet endroit. L'histoire est ici réécrite ! La saline de Hall est mentionnée pour la première fois dans un document en 1256, l'exploitation des mines de sel commence officiellement en 1232. Qui sait combien de temps avant cela, on exploitait déjà le sel.

L'image montre un pot à sel en céramique, env. 6e siècle avant J.-C.
Site de la découverte de St. Magdalena dans la vallée de Hall, photo : Stadtarchäologie Hall i.T.

Randonnées autour de Sankt Magdalena dans la vallée sauvage et romantique de Halltal

Parkplatz Halltal, Eingang Alpenpark Karwendel. Im Hintergrund Großer Bettelwurf und Hohe Fürleg (rechts).

Facile

Die Runstboden Runde im Halltal

4,59 km

01:30 h

186 hm

188 hm

916 m

Hallerangerhaus

Difficile

Der König-Max Stollen

Facile

Les vacances. Toute l'année

wattenberg-fruehling-tirol-berge-1
Le printemps. Vacances au Tyrol
zirbensee-glungezer-wandern-sommer-15
l'été. Vacances au Tyrol
herbsturlaub-in-tirol-1
l'automne. Vacances au Tyrol
skifahren-mit-ausblick-ins-tal-hall-wattens
Hiver . Vacances au Tyrol